Ici, la maternité n’est pas une assignation : elle est une voie. Elle est un moyen. Elle est au cœur d’un projet que Fatima Ouassak, militante en Seine-Saint-Denis et essayiste détaille dans La puissance des mères, paru très récemment aux éditions La Découverte. Elle appelle à user de cette maternité, hors requêtes pour contention sociale, de l’inscrire dans un programme politique véritablement inclusif, féministe, qui entend toutes les femmes, toutes les composantes de la société. Sans cela, le féminisme ne constitue qu’une lutte partielle lorsque son ambition se doit d’être globale pour atteindre son objectif d’égalité. « Nous n’avons pas le choix. Nous devons proposer une offre politique révolutionnaire, avec la promesse d’un monde préférable au monde actuel ».