Pleurer d’amour, jamais de chagrin: La beauté (2)

Oh, je sais bien que je ne devrais plus me poser la question mais je me la pose quand même. Sans doute parce que j’espère que tout cela n’a pas été vain. Sans doute parce qu’aujourd’hui encore, j’en cherche le sens. Sans doute parce que je continue de croire qu’il y aurait eu matière à…