#18

« Quand on croise de plus en souvent les personnes qui résonnent avec la vie que l’on veut au moment où on les croise, on trouve cela étrange.

On sourit à ces coïncidences qui se répètent. On les nomme ainsi, « coïncidences », par crainte de passer pour une illuminée, par crainte de termes, d’idées trop ésotériques pour s’inscrire dans toutes les conversations »

(Guillemette)

#17

« Celles qui aujourd’hui sont placées dans une attente pleine d’incertitudes méritent cette solidarité.

Elles méritent d’entendre ces sempiternels mots de mamans, ces mots qui pansent, qui rassurent, ces mots qui rendent foi et espoir, ces mots qui sèchent les larmes et redonnent le sourire,  à tous les âges de la vie, ceux qui remplacent très vite « les bisous qui guérissent » : tout se passera bien »

(Bonne fête à toutes les méres, passées, présentes et futures)

#14

« Quand nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes, quand nous refoulons certaines parties de nous, quand nous ne sommes pas connectées à notre moi profond alors la dualité est forcément au-dedans et autour de nous, tout comme la lutte.

En fonction de là où nous en sommes, de ce que nous avons à apprendre et en fonction des schémas de répétition desquels nous ne sommes pas encore sortis, nous rencontrerons des êtres qui nous feront revivre encore et encore la même histoire »

(Géraldyne Prévot-Gigant dans Que vos rencontres soient magiques!)