Ici, la maternité n’est pas une assignation : elle est une voie. Elle est un moyen. Elle est au cœur d’un projet que Fatima Ouassak, militante en Seine-Saint-Denis et essayiste détaille dans La puissance des mères, paru très récemment aux éditions La Découverte. Elle appelle à user de cette maternité, hors requêtes pour contention sociale, de l’inscrire dans un programme politique véritablement inclusif, féministe, qui entend toutes les femmes, toutes les composantes de la société. Sans cela, le féminisme ne constitue qu’une lutte partielle lorsque son ambition se doit d’être globale pour atteindre son objectif d’égalité. « Nous n’avons pas le choix. Nous devons proposer une offre politique révolutionnaire, avec la promesse d’un monde préférable au monde actuel ».

Cette Journée du #8mars est, en soi, une victoire: une victoire sur les habitudes les plus mauvaises, celles contre lesquelles les luttes et le dialogue sont engagés. Pour la place, les places qu’ont gagnées les Femmes, le droit de se dire, de s’inventer, se réinventer, se rencontrer, de tirer le bilan d’une année écoulée, des années passées, avancées et reculs de leur condition, de leurs expressions, de leurs volonté, pour l’année à venir et toutes celles qui viendront.
Ce #8mars représente également l’ultime étape d’un Tour du monde des Amazones. Il s’achève avec Alexandra Harnais, Amazone Martinique, initiatrice du Projet Amazones.
La beauté est tellement plus que ce à quoi on la résume, ont-elles répété. Elle est amour, de soi pour commencer, ont-elles précisé. Elle est force. Elle est foi. Elle est ambition. Elle est ambitieuse.
À chacune sa zone !
À ma zone.
Amazone…


Dans Histoire de la femme cannibale, Maryse Condé a ses mots: « la vie d’une femme n’est jamais finie ». Dans ce roman, la vie de son héroïne s’enrichit à mesure qu’elle découvre sa solitude, cet espace nouveau où étendre ses ailes, déployer un avenir jusque là insoupçonné, inenvisagé. La vie d’une femme n’est jamais finie. Voici l’histoire de Carina. Puissance et pouvoir – au coeur de la thématique de la Journée International de la Femme, cette année – s’enracinent dans l’expérience, les transformations: à chacune d’inventer sa mythologie.