L’amour au temps des GAFA – 4/10

Qu’il soit ou non emberlificoté de bons sentiments, de ces belles formules qui enchantent les oreilles mais déchirent les espérances et déboîtent les cœurs, le sexe n’est que le sexe s’il n’y a rien d’autre, rien de plus, l’ingrédient d’une recette ratée à laquelle il manquerait l’essentiel. « Les kabbalistes insistent pour que le couple soit…

L’amour au temps des GAFA (et cetera) – 3/10

Vivre la vie comme un pèlerinage, avec ses jalons, ces haltes, ses instants de grâce, de prières, ses actes de contrition, ses mouvements de foi et marcher. Prendre l’amour comme un chemin de traverse, une aventure. Ressentir puisque l’on peut. Réagir, est-ce bien raisonnable ? Romain a récemment subi une attaque cérébrale grave qui l’a…

L’amour au temps des GAFA (et cetera) – 2/10

(…) On n’échange ni ne se complète: on compose le meilleur des mélanges pour exister en société. Mieux qu’en économie, c’est dans le couple que le capitalisme a gagné. Pour le reste ? Il est ailleurs. Un ailleurs qui ne sera sans doute jamais que cela, ailleurs, puisque l’ici, le maintenant est établi. Grégory et Emma…

L’amour au temps des GAFA (et cetera) – 1/10

« C’était inévitable : l’odeur des amandes amères lui rappelait toujours le destin des amours contrariés ». Florentino attendra cinquante ans la femme qu’il aime, le temps d’une vie, L’amour au temps du choléra. La romance imaginée par Gabriel Garcià Marquez est-elle rendue impossible par l’époque ? Premier épisode d’une série estivale, empreinte de rencontres et de lectures, comme…

Pleurer d’amour, jamais de chagrin – Episode 6 – La séparation (fin)

«  Mieux vaut ne pas être aimée que de l’être mal ou de l’être à demi ; pour une âme ardente l’hésitation et l’inquiétude sont pires que le désespoir ». (Lui, Louise Colet). La séparation s’impose dès lors qu’il n’y a aucune beauté possible. Nous sommes donc séparés. Dans un mois, un an ou deux, j’aurai tiré…

Pleurer d’amour, jamais de chagrin – Episode 6 – La séparation

Dans Dernier tango à Paris (Bernardo Bertolucci, 1972), lui, incarné par Marlon Brando, pleure sa femme. Sa femme s’est suicidée brutalement, dans une chambre d’hôtel, sans qu’il ne sache pourquoi. Il revient sur les lieux. Il ne comprend pas. Il nettoie les murs, la baignoire, les robinets. Il ne comprend pas. Sa femme avait un…

Que faire, selon vous ? (La fin d’un feuilleton)

«  Mieux vaut ne pas être aimée que de l’être mal ou de l’être à demi ; pour une âme ardente l’hésitation et l’inquiétude sont pires que le désespoir ».  Louise Colet, Lui Que faire quand il n’exhale rien de beau d’une relation ?  Pleurer d’amour, jamais de chagrin touche à sa fin.

Pleurer d’amour, jamais de chagrin – L’autre (2)

(…) Jeanne a rencontré Marc. Marc est en instance de séparation. Il est supposé l’être en tout cas. Sa future ancienne épouse et lui vivent toujours ensemble. Ils font chambre à part. Il ne se passe plus rien. Marc le dit. Jeanne le croit sur parole. Qu’en sait-elle réellement ? Rien. Jeanne espère. Elle a décidé…

Pleurer d’amour, jamais de chagrin – Episode 5 – L’autre

Je ne me rappelle pas notre première rencontre dans le détail mais tu certifies avoir indiqué n’être « pas disponible ». « Quand un automate n’est pas disponible, il ne distribue rien. Il ne fonctionne pas. Il ne donne ni ne prend rien. Il est en panne. Personne n’y vient. Et pour cause : son indisponibilité est explicite, clairement…

Pleurer d’amour, jamais de chagrin: La beauté (2)

Oh, je sais bien que je ne devrais plus me poser la question mais je me la pose quand même. Sans doute parce que j’espère que tout cela n’a pas été vain. Sans doute parce qu’aujourd’hui encore, j’en cherche le sens. Sans doute parce que je continue de croire qu’il y aurait eu matière à…