#13

Nos sociétés sont voraces, boulimiques, destructrices. Ce qu’elles font d’abord disparaître, c’est le lien : à la nature, à l’autre, à nous-mêmes.

Au sein d’LPF, nous nous interrogeons régulièrement sur ces pertes de liens. Quelles conséquences sur nos présents et nos avenirs ? Que sommes-nous capables d’abandonner ? Pour sauvegarder quoi ? Comment préserver les liens qui nous semblent essentiels ? Autant de questions que nous abordons mais pour lesquels nous n’avons pas véritablement de réponses.

Anaïs, Audrey, Karine
Aimer, ce sentiment parfois parfait mais possible partout

Positions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s