Carole – Franchir la frontière qui sépare passion et profession

Carole Touati - Femme - Photographe - Vernissage - CAPITAINEs. Carole T.

Le jour du vernissage de son exposition à Paris, intitulée Valse imaginaire, Carole est inquiète. C’est un champ nouveau qui s’ouvre devant elle : quelques jours après le Festi’photo45 de Dordives, il lui est offert d’afficher, en solo, son travail, sa proposition artistique au sein d’une galerie spécialisée, quartier Bastille. Carole est photographe mais pas seulement. « La photo » est une passion qui occupe assez d’espace désormais pour être devenue un peu plus qu’un passe-temps. Et après ? Quand et comment franchit-on la frontière entre passion et profession ?

« Elle fait du chaud avec le froid »
Témoignage de Sophie, une amie photographe

Bonjour Carole. Si tu devais te décrire en trois mots, lesquels choisirais-tu ?

Bonjour, Dominique.
Ah, dur de démarrer ainsi ! Bon, je me lance : sensible, perfectionniste, impatiente.

Comment est née cette passion pour la photo ? Quand votre relation est-elle devenue sérieuse ?

Un besoin depuis toujours, celui d’exprimer ma sensibilité visuelle et artistique. La photo m’a offert cette possibilité d’une manière naturelle. La page blanche (une peur) de la feuille de dessin a été remplacée par le contenu à travers l’objectif. Ce contenu est alors devenu ma source d’inspiration artistique. La relation entre la photo et moi est devenue sérieuse mais surtout « addictive », dès lors que mes productions ont satisfait mon ressenti visuel. Et puis, j’avoue, les retours de lecteurs ont largement contribué à renforcer ce lien : « moi qui n’ai jamais aimé la photographie d’architecture, tu me fais aimer cela… » ; « ton regard sur l’architecture est vraiment unique » ; « une vision onirique qui transporte dans une envoûtante danse entre rêve et réalité » 

« Un monde de perspectives et de géométrie, souvent abstrait, où l’effet visuel trompe l’esprit et l’œil. Un univers où l’architecture se fait oublier pour laisser place à l’imaginaire de chacun. Une valse de courbes, de formes, de lignes où l’objet initial a disparu, où tout devient possible »
Carole Touati, le site

Pourquoi ne pas t’adonner entièrement à la photographie ?

Ah j’aimerais tant… Mais la raison l’emporte. La pratique de cette passion me permettra –t-elle un jour de m’y consacrer à plein temps ? Je n’ose pas encore y croire.

Quelle seraient les conditions idéales pour transformer cette passion, bien réelle en une raison de vivre au quotidien ?

Cette passion est déjà une raison de vivre. Elle est devenue indispensable dans mon quotidien. Elle répond pleinement à ce besoin créatif et d’expression artistique qui ont toujours résonnés en moi. Pour que le rêve devienne complètement réalité, il faudrait je puisse proposer mes œuvres au plus grand nombre. Une condition qui implique de disposer d’un « réseau » et d’une notoriété que je n’ai pas encore.

Dynamique urbaine - mur coloré - Portrait de femme - Carole Touati - CAPITAINEs.
Série Dynamique urbaine

« Nous ne faisons pas que marcher dans la ville, nous créons une musique aux notes et aux couleurs riches et variées, pleine de messages. Il suffit de regarder, d’écouter »
Carole Touati, le site

Séries « Instants urbains » et « Dynamique urbaine ». Ton travail est très urbain. Tu observes la ville, Paris, ses acteurs. Tu la regardes muer. A quoi tient ce lien entre vous ?

Je suis Parisienne de naissance. Je suis donc non seulement une citadine inconditionnelle, mais j’aime Paris, ma ville. La photo m’a offert un privilège, celui d’apprendre à observer, de voir ce que l’on ne remarque pas, de m’imprégner des gens, des ambiances de quartiers, des rues, de sentir et ressentir, d’écouter avec les yeux et le cœur, à travers mon objectif. En résumé, de pouvoir mettre tous mes sens au profit de la pratique photographique. Ainsi j’espère partager ces ressentis au travers de mes compositions. Mon regard, spontanément attiré par les lignes, les perspectives, a peu à peu intégré l’humain. Je le place ainsi dans son contexte urbain souvent riche en géométrie, afin de donner sens à l’interaction qui existe entre ces deux sujets. Donner vie à cette dynamique constitue l’enjeu de ma démarche.

Femme à vélo - Paris bouge - Carole Touati - CAPITAINEs
Série Paris bouge

Série « Valse imaginaire » : Que t’inspirent ces immeubles, ces bâtiments que tu captures ? Que racontent-ils ?

J’ai toujours été attirée par la géométrie et l’art abstrait, et l’architecture contemporaine en constitue une représentation très riche. Ainsi, pour moi ces immeubles que je photographie partiellement sont des sources d’inspiration qui me racontent des envolées imaginaires pleines d’’associations, qui me font oublier l’objet initial. J’aime laisser les lignes, les courbes et les effets d’optique guider mes ressentis.

La « Série noire » intrigue au milieu d’images solaires, portées vers le ciel. Elle est plus froide, presque inquiétante… Quelle a été ton intention ?

Cette série est née durant la crise sanitaire. Je suis une habituée des couloirs du métro parisien, mais je ne les avais jamais vu aussi vides. La présence isolée de personnages, associée au virage noir et blanc, m’ont rapidement inspiré cette idée de « série noire : filature », dans laquelle règne une atmosphère inquiétante voir oppressante. Inclure cette série au milieu de « valse imaginaire » a été pour moi le moyen de faire ressortir les éléments forts de chacun des deux univers. Les oppositions multiples entre ces deux séries (colorimétrie, atmosphère, présence humaine et sans…) ont permis de créer la surprise, et d’en faire une force pour accentuer la portée de chacune.

« Suggérer ces histoires mais laisser le lecteur libre d’imaginer et ressentir celles qui lui font sens »
Carole Touati, le site

De quoi rêves-tu ? A quoi rêves-tu ? Où et avec qui souhaiterais-tu travailler, exposer ?

Je rêve, comme la plupart des artistes, d’émouvoir et de toucher le lecteur. L’interpeller, l’inciter à s’arrêter pour ressentir, imaginer. L’inviter à se surprendre lui-même, à voyager dans l’imaginaire et à travers l’image.

Après ma première expérience d’exposition individuelle dans une galerie d’art photographique à Paris, j’aimerais beaucoup poursuivre cette aventure dans d’autres lieux de ce type. Cette expérience fut réellement riche ! Elle m’a permis d’apprécier, de découvrir le lecteur observant mes œuvres. Elle a été l’occasion d’échanger avec lui sur son ressenti de lecture. En résumé, de partager mon art.

La Defense - Toucher le ciel - Carole Touati - Art - Portait de femme - CAPITAINEs

Quelle est ta définition du bonheur ?

Chacun a sa propre définition du bonheur. Pour certains, c’est la somme de plusieurs petits bonheurs quotidiens, pour d’autres, un état d’esprit avant tout. L’un de mes bonheurs est d’avoir une passion à vivre, pratiquer et partager pleinement.

Peut-il être l’objectif d’une vie ? Le doit-il ?

Le bonheur n’est-il pas l’objectif premier de chacun ?
En faire un objectif obligatoire à atteindre serait, je pense, antinomique avec son essence même. En revanche, savoir le recevoir, le reconnaître et le vivre constitue un objectif.

Merci beaucoup, Dominique pour cette proposition de portrait. J’ai été très heureuse d’échanger avec toi.

Plaisir partagé ! Merci à toi également, Carole.

Le bonheur n’est-il pas l’objectif premier de chacun ?

Suivre Carole, son actualité. Parcourir son univers photographique