Il y a du merveilleux, ici.
Comment comprendre qu’il ne s’entende pas ? Comment comprendre qu’il soit réduit à si peu, si peu de choses, une pénétration au hasard, brutalité sans volonté, sans envie réelle, ni abandon, ni offrande, ni don, ni échange.
Rien.