Géraldyne – Que vos rencontres soient magiques !

« A l’air du numérique, il devient plus qu’important de se rencontrer vraiment, de ne pas oublier à quel point les relations sont importantes. Il est indispensable de prendre soin de nos relations. Il y a moi, il y a l’autre et il y a la relation : nous ne devons négliger aucun des trois et prendre soin des trois à la fois. La relation est comme une plante qui a besoin d’attention, d’eau et de lumière ».

Bonjour, Géraldyne. C’est par l’un de vos ouvrages, La force de la rencontre (ed. O. Jacob, en illustration plus bas), que j’ai découvert votre engagement. Ce qui a retenu mon attention, c’est la magie qui le traverse. Il y a une magie dans la rencontre, dont vous parlez avec une grande liberté. Ne craignez-vous pas d’être taxée de rêveuse, d’utopiste ?

Je dois bien vous avouer que je n’ai jamais été qualifiée d’utopiste. Quant à rêveuse, cela ne me dérangerait absolument pas car le monde a toujours avancé grâce notamment aux poètes, aux rêveurs et aux créateurs. Les êtres différents sont les génies discrets qui, à travers les siècles, ont toujours donné une impulsion à notre évolution de conscience.

Pour répondre plus précisément à votre question, si la magie est présente dans mon livre, c’est surtout parce qu’il parle aux coeurs des lecteurs. Il parle de la vie elle-même qui est un mouvement constant nous emportant d’un rivage à un autre, d’une rencontre à une autre. J’ai voulu explorer le phénomène de la rencontre : celle qui nous réveille, celle qui nous révèle, celle qui nous enseigne. Nous avons tous fait des rencontres bouleversantes qui nous ont appris sur nous-mêmes.

Qu’est-ce qui la crée, cette magie. Quels en sont les ressorts ?

Je ne parle pas directement de magie dans mon ouvrage mais elle apparaît de fait quand je décris des rencontres qui ont transformées la vie des êtres. La magie est forcément présente parce que je parle du mystère de nos destinées. Il y a des rencontres qui ne nous font ni chaud ni froid. Elles sont des rencontres qui ne laisseront aucune trace dans nos vies. Nous n’avons rien à apporter à l’autre et vice versa. Et puis, il y a des rencontres bouleversantes. Celles qui vont nous marquer à tout jamais. Celles qui vont nous faire prendre un tournant important, celles qui vont nous révéler un talent, celles qui vont nous enseigner sur nous-mêmes. D’ailleurs j’aurais dû commencer par là : toute rencontre nous parle de nous-mêmes. De ce que nous connaissons de nous mais surtout de ce que nous ignorons. Je parle aussi des rencontres avec des personnes toxiques et ce que nous pouvons en apprendre une fois libéré.e.s. Il y a des rencontres que nous n’oublierons jamais. Nous sommes des êtres de relations et l’initiation de la vie se fait dans nos rencontres. A nous d’en trouver les trésors qui nous rendront plus sages. La magie opère quand on a compris que les inconscients communiquent et quand nous sommes ouverts à l’expérience, curieux de la vie.

« Les êtres différents sont les génies discrets qui, à travers les siècles, ont toujours donné une impulsion à notre évolution de conscience »

La psychologie est partout. Un magazine l’a choisie pour titre. Les conseils foisonnent sur les réseaux sociaux. Ne craignez-vous pas que tant de psychologie brise la magie des relations, des rencontres ?

Une psychologie clinique et factuelle peut en effet nous amener à porter un regard dénué de poésie et de sagesse. C’est comme tout, cela dépend du regard que nous portons sur les choses. Si nous étudions la relation sous l’angle d’un microscope, des dimensions subtiles nous échapperont. Nous penserons avoir tout compris et pourtant il manquera l’essentiel. Dans mes recherches et dans mes écrits, je fais en sorte d’apporter un regard différent sur les choses. Ma pratique également ne repose pas sur des clichés et des idées toutes faites qui sortent des livres universitaires mais sur mes 25 ans de pratique et expériences de vies personnelles. Il m’est indispensable de pouvoir apporter aux êtres des pistes de réflexions qu’ils n’aient pas lu des milliers de fois auparavant. Dans mes ouvrages, c’est la même chose : j’offre des hypothèses, des informations et une philosophie plutôt que des conseils « prêts à penser. » De toute façon, il n’y a pas un mode d’emploi au bonheur. Par contre, il y a une façon de comprendre le langage de la vie. Quand on a compris ça, on gagne un temps infini.

« L’amour ne se définit pas, il se vit ! »
(Extrait de La Force de la rencontre)

Harceleur/victime, Femmes/Hommes, Bonnes rencontres/Mauvaises rencontres : n’y-a-t-il pas là trop de dualités dans les relations ? Comment recevoir la magie lorsque se mènent tant de luttes ?

Il y a indéniablement un travail sur soi à faire au préalable afin de se défaire de toutes nos blessures, croyances, deuils pas faits, etc…

La lutte que certaines personnes pourraient mener si je reprends vos termes est une lutte avec elles-mêmes. La dualité dont vous faites mention est la projection de notre propre séparation intérieure. Quand nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes, quand nous refoulons certaines parties de nous, quand nous ne sommes pas connectées à notre moi profond alors la dualité est forcément au-dedans et autour de nous, tout comme la lutte. En fonction de là où nous en sommes, de ce que nous avons à apprendre et en fonction des schémas de répétition desquels nous ne sommes pas encore sortis, nous rencontrerons des êtres qui nous feront revivre encore et encore la même histoire.

« Quand nous ne sommes pas en harmonie avec nous-mêmes, quand nous refoulons certaines parties de nous, quand nous ne sommes pas connectées à notre moi profond alors la dualité est forcément au-dedans et autour de nous, tout comme la lutte »

Une rencontre de qualité se prépare, selon vous. Qu’est-ce qu’une rencontre de qualité et comment se prépare-t-elle ?

C’est une rencontre avec nous-mêmes. La majeure partie des personnes pensent bien se connaitre pourtant c’est comme un pays que vous habitez, il y a toujours des régions inconnues qui demandent à être explorées. Se rencontrer, c’est également avoir guéri les blessures du passé car sinon notre vision du monde est faussée par un certain nombre de croyances. Si nous ne sortons pas de l’ignorance, nous sommes contraints à répéter indéfiniment les mêmes erreurs. C’est la raison pour laquelle, la conscience de soi, la connaissance est indispensable. C’est ça, se préparer à la rencontre.

Une rencontre de qualité, c’est une rencontre qui repose sur autre chose que nos névroses. C’est une relation qui va se co-créer à deux dans le temps, en conscience. L’altérité, le respect, la confiance seront actives naturellement.

Il est souvent question du temps, dans votre ouvrage. Celui que l’on s’accorde, celui que l’on prend, entre deux relations, du temps pour soi, pour se découvrir. Mais quand la peur, de rester seul.e, de ne pas s’inscrire dans le cadre, de ne plus se fondre dans le moule, s’installe, notamment avec l’âge, notamment lorsque l’on est femme, comment y faire face ?

La souffrance des femmes célibataires vient indéniablement des messages normatifs de la société. La famille, les amis, les collègues avec leurs petites phrases qui se veulent amicales : « je comprends pas, tu es jolie, tu es intelligente…comment se fait-il que tu sois seule. » Le couperet tombe rien qu’avec cette phrase où on entend que pour une femme, c’est une tare d’être sans partenaire. Mais à aucun moment on ne lui demande si elle est heureuse comme ça. Certaines femmes le sont et n’osent pas le dire. Les autres, celles qui ne savent pas qui elles sont, celles qui suivent leur éducation et la norme, pensent que le bonheur est dans le couple. Alors elles sont malheureuses. A la fin d’un précédent ouvrage Le grand amour, se préparer à la rencontre, j’expose des pistes afin que les femmes puissent trouver leur propre voie du bonheur. En couple? Pas en couple? Le plus important est d’être libre et heureuse. Alors le temps qui passe n’est plus un problème, car on ne le voit pas passer tant nous sommes heureuses de la vie que nous avons. Comme je le dis souvent : « le partenaire, ce n’est pas le gâteau mais la cerise sur le gâteau de votre vie. »

« Pour que la magie opère, il nous faut adopter certaines attitudes indispensables comme la souplesse. Face aux aléas de l’existence, elle est un art de vivre, une philosophie qui, lorsqu’on la maîtrise, nous permet de vivre plus facilement. Si nous estimons que tout est juste, que la vie a une forme d’intelligence, que tout est enseignement, alors nous avons cette souplesse. Être souple, c’est agir et créer face aux évènements de l’existence »

Qu’est-ce que les groupes de parole pour les femmes ?

J’ai été pionnière en 1999 en créant les premiers Groupes de Parole pour les Femmes® en France. Je n’ai, depuis, cesser d’animer ce type de rencontres.
Il s’agit de groupes continus sur une saison scolaire où une dizaine de femmes viennent parler et travailler sur elles. J’orchestre la prise de parole, les témoignages, le travail d’exploration et de compréhension de soi. Actuellement, depuis mars 2020 (date du 1er confinement en raison de la COVID), j’anime mes groupes en ligne. J’ai légèrement modifié la méthode d’animation mais l’idée reste la même : des femmes qui viennent comprendre, apprendre sur elles et partager. La plupart des femmes qui me contactent rencontrent soit un problème de dépendance affective, soit veulent sortir d’une période de célibat qui se prolonge anormalement, soit encore vivre leur célibat librement. Toutes veulent comprendre comment elles en sont arrivées là et comment trouver la paix avec ces sujets. On défriche et on crée le changement. Non pas celui que la société indique mais le changement qui leur correspond véritablement.

Nous évoluons ici, en France, dans un environnement privilégié qui nous permet ce type de réflexions, d’attentes, d’espérances. Comment l’appliquer dans un environnement qui l’est moins ? Comment proposer cette réflexion à une personne aux prises avec des soucis d’ordre matériel au quotidien ?

Je ne pense pas qu’en France les femmes soient si privilégiées. Suivant le milieu social, l’accès ou non à l’information et à la culture, certaines femmes n’auront pas accès à ce que proposent des professionnels. Et certaines n’ont définitivement plus aucun espoir. A l’heure actuelle, la situation de certaines femmes en France est plutôt inquiétante. La tension économique due à la situation sanitaire actuelle ne fait qu’accentuer leurs difficultés ainsi que le confinement dans des environnements violents.
Tout dépend du type de réflexions et de contextes auquel vous faites référence dans votre question. Le chemin de la sagesse peut se faire à chaque instant, quel que soit là où nous en sommes.

La sagesse n’est pas un luxe dans une société prospère. Elle est la quête de tous les êtres en chemin sur cette Terre, vers plus de conscience


Si vous parlez de la rencontre, mon ouvrage n’est pas un livre de conseils pour trouver l’âme soeur mais un ouvrage de connaissance de soi afin de se rencontrer et de trouver paix intérieure durablement. Munis de cette force, nous pourrons traverser les épreuves.

La sagesse n’est pas un luxe dans une société prospère. Elle est la quête de tous les êtres en chemin sur cette Terre, vers plus de conscience.

Quelle.s rencontre.s a/ont changé votre vie ?

J’aime à dire qu’aucune rencontre n’a changé ma vie mais plutôt que certaines m’ont révélées à moi-même. J’ai eu la chance de faire de belles rencontres avec des êtres magnifiques et généreux. J’ai également fait des rencontres de personnes véritablement toxiques et destructrices. De toutes ces rencontres, j’ai appris. Et à toutes, je dis merci. Mais quelle que soit la rencontre, je suis (nous sommes) responsable(s) de ce que je décide d’en faire. C’est notre plus grande liberté.

Qu’est-ce qui aujourd’hui, vous enthousiame ? Où réside la magie du quotidien, celle en laquelle chacun.e de nous pourrait puiser ?

L’espace sacré intérieur dont je parle à la fin de mon livre ne peut se trouver du jour au lendemain. Son accès est obstrué par l’ego (nos peurs, nos envies, nos colères, nos acharnements, notre besoin de reconnaissance, etc…) Mais quand nous avons cheminé, quand la vie a érodé le rocher de l’égo comme les vagues du bord de mer érodent les plus hautes falaises, alors on découvre la porte d’accès à notre espace intérieur. Et là, on rencontre le vrai Soi. Vous pouvez l’appeler âme, esprit, vérité, suivant vos envies. Peu importe le mot, c’est l’expérience qui fait tout. Ce qui m’émerveille, c’est chaque jour. C’est de recevoir les confirmations que je suis sur le bon chemin. Celui qui est juste pour moi.

C’est d’accorder plus d’importance aux êtres et évènements positifs, c’est de voir arriver sur mon chemin des êtres magnifiques.
Chaque jour est un miracle avec ses cadeaux et ses challenges et ça, eh bien, ça m’émerveille.

« Au-dedans de soi se trouve un espace sacré, précieux, unique. C’est vous. Ce sanctuaire n’est accessible qu’à vous seul. C’est un espace inaltéré et inaltérable qui n’a été vu, visité, par personne d’autre puisque c’est vous. C’est un espace somptueux, magnifique. Beaucoup d’êtres en ignorent l’existence, c’est donc une grande chance de savoir qu’il existe »

(Extrait de La force de la rencontre)

Pour aller plus loin

Son site Internet: www.geraldyneprevotgigant.com
Le lien vers l’ouvrage La force de la rencontrehttps://www.odilejacob.fr/catalogue/psychologie/psychologie-generale/force-de-la-rencontre_9782738151629.php