Seul.e ou mal accompagné.e: et puis quoi encore ?

Crédit: Sophie Berthaud ❤

“Vous représentez la moyenne des cinq personnes que vous fréquentez le plus souvent.” Cette phrase est de Jim Rohn (1939-2009), entrepreneur et coach en développement personnel et motivation. Quel choc la première fois que je l’ai lue, que surtout j’ai fait le point sur les cinq personnes qui m’entouraient...

Choc parce que clairement, certaines n’étaient pas à la « hauteur de mes ambitions » et n’avaient rien à faire dans mon espace.

Horreur, car ce constat fait, décision prise, j’allais devoir y remédier. Plus qu’à passer à l’action me suis-je dit !

Plus facile à dire qu’à faire…

Voilà souvent le dilemme auquel nous sommes confronté.e.s: nous pouvons avoir totalement conscience du changement à opérer, du tri à faire dans nos relations et ne pas être prêt.e.s à lâcher, à laisser tomber ces personnes qui, depuis des années, nous accompagnent, nous sont proches, font partie de notre paysage. Même si elles nous gâchent la vue, elles ont le mérite d’être « connues »…

Plus qu’à passer à l’action me suis-je dit ! Plus facile à dire qu’à faire…

Nous nous jurons à chaque déception d’en finir, mais nous sommes encore là, car nous avons appris à « faire avec » et à déployer des trésors d’ingéniosité pour maintenir ces relations à flot. Après tout nous connaissons leurs bons et leurs mauvais côtés. Nous sommes et restons installées dans une zone de pseudo-confort relationnelle et émotionnelle. C’est plus compliqué encore lorsqu’il s’agit de la famille. Comment oserais-je faire sortir de ma vie mon père ou ma sœur ou cette tante/cette cousine qui m’a élevée/ avec qui j’ai grandie ?

C’est humain. Et manichéen.

Trois idées, trois options

Nous avons tendance à penser que tout « jeter » est la solution alors qu’il peut s’agir simplement d’assainir nos relations.

Comment ?

  • en mettant la bonne distance
  • en s’assurant d’être entendu.e et considéré.e
  • en exprimant clairement nos souhaits et nos désaccords

Tout cela, vous ne pourrez le faire qu’en posant des limites claires. Des limites qui supposent le respect de vos valeurs et de vos besoins. Par les autres mais aussi, et surtout, par vous-même.

Vous voulez que vos relations changent ? Vous voulez plus de considération des autres ? Vous voulez que la moyenne des cinq personnes que vous fréquentez corresponde à vos aspirations ? Osez dire et exprimer vos vérités dans le respect et le calme mais avec fermeté. Vous serez surpris.e de voir comment les autres sont prêt.e.s à accueillir et accepter vos limites et combien les intentions et réactions que vous leur aviez prêtés étaient fausses.

Osez dire et exprimer vos vérités dans le respect et le calme mais avec fermeté

Ceci facilitera et améliorera grandement vos relations et interactions. Si certains refusent vos nouvelles « conditions », demandez-vous quel intérêt vous trouvez encore à continuer la relation. Les réponses vous apprendront beaucoup sur vous et seront des pistes de travail pour votre développement personnel.

Si cela peut vous rassurer, en travaillant sur moi, j’ai réellement vu mon entourage évoluer, changer sans avoir l’impression d’avoir eu à fournir beaucoup d’efforts.

On attire ce que l’on vibre. Pensez-y.

Arielle LEMONY

Coach développeuse de potentiel féminin

On attire ce que l’on vibre. Pensez-y.