Boutheina – Être Médusa TN, femcee, étudiante, citoyenne tunisienne du monde, etc.

Portraits

Tania de Montaigne, journaliste et autrice française nomme « les êtres en majuscule » celles et ceux que l’on résume à ce que l’on suppose qu’ils sont, du fait de leur apparence, de leur origine, sans savoir qui ils sont, ce qu’ils font, où ils vont ni pourquoi.
Boutheina, tunique colorée, jogging et baskets assortis, ressemble à toutes les femmes actives d’aujourd’hui. Les cheveux noués en un panache de boucles noires qui lui retombent sur le visage, elle dépose un livre épais sur la table basse en terrasse d’un bistrot parisien. Pas le temps de voir la couverture: cela ressemble à de la poésie. Médusa est rappeuse, tunisienne, installée, en France depuis quatre ans. Citoyenne du monde, elle est une représentante assumée d’une jeunesse que l’on résume en une majuscule, Arabe.
Pour elle, ce sera un café au lait.

«  [Les êtres en majuscules] permettent d’oublier que le rapport à l’autre est incertain, immaîtrisé, immaitrisable…»
(Tania de Montaigne, L’Assignation).

Impossible.

Une femme, tunisienne, rappeuse, cela ne se doit pas, cela ne se fait pas, les femmes ne font pas ça. Personne ne voulait y croire, y souscrire sinon sa famille. « Je leur dois tout ce que je suis. Ils m’ont toujours encouragée à aller au bout de moi même, à faire ce que j’avais envie de faire ». Boutheïna , 29 ans, est donc rappeuse. Avant de chanter, elle a dansé, dés l’âge dix ans, dans la cour de la mosquée de sa ville, lieu d’échanges, de rencontres, là où le sol est suffisamment lisse pour exécuter les figures. « Un jour, quelqu’un m’a dit, ‘tu ressembles à la méduse’. Je portais souvent de longues nattes. Mon style semblait méduser les gens. Je suis donc devenue Médusa. Médusa TN, en référence à la Tunisie ». Passionnée par sa culture, par son histoire, sa géographie, Boutheina est intarissable sur ces sujets, sur les pays voisins, que l’on rassemblent trop vite, par facilité sans doute, en un ensemble opaque nommé Maghreb. Elle raconte son monde arabe, côté histoire, côté tourisme, côté société, les quotidiens, les peuples, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie, Nouakchott, sa capitale, les ressemblances, les différences, les convergences. Médusa raconte ses voyages, ses concerts, ses rencontres, Call me Femcee, « Gauthier, c’est comme un frère », le projet d’un espace dédié aux rappeuses, la quinzaine d’artistes de tous horizons qui le partage désormais. Elle expose avec fierté ses origines, son ambition de dépasser les frontières, de « s’ouvrir au monde ». Sur la compilation (2017), elle pose son ultime limite: le ciel.

« Un jour, quelqu’un m’a dit, ‘tu ressembles à la méduse’. Je portais souvent de longues nattes. Mon style semblait méduser les gens. Je suis donc devenue Médusa. Médusa TN, en référence à la Tunisie « 

Medusa TN rappe depuis l’âge de 16 ans. Elle chante en trois langues, en Arabe, en Français et en Anglais. Il n’aura pas fallu moins d’une révolution pour la révéler.

Pour poursuivre la lecture de cet article, abonnez-vous

2 réflexions sur “Boutheina – Être Médusa TN, femcee, étudiante, citoyenne tunisienne du monde, etc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s