Ce frisson né de la solitude méritée

L’esseulement (…) fut remplacé par un frisson né de la liberté, de la solitude méritée, du choix du mur qu’elle voulait franchir, moins le poids de devoir s’occuper d’un homme qui ne tournait pas rond . Sans entraves ni diversions, elle pouvait réfléchir sérieusement, élaborer un plan à la mesure de son ambition et réussir (…)
Choisir et ne jamais se laisser fléchir…
Qu’elle ne se laisse démonter par aucune insulte ni aucun affront…

(…)
Aucune femme plus coriace n’a jamais vécu.
Trouve ton talent et cultive-le ».

Toni Morrison, Home

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s