# Solitudesmodernes – Les nouveaux mots de la solitude – 3/3

#Solitudesmodernes 1/3 – Solitudes subies, solitudes choisies et déconnexions
#Solitudesmodernes 2/3 – Quand travailler isole…

Qui sait encore ce qu’est une catherinette ? Qui se vexerait de l’être ? Les ‘vieilles filles’, ces « filles à chat » sont aujourd’hui des sorcières qui se revendiquent, les solos, des ‘célibattantes’, fières de l’être. Ailleurs, la solitude est tristesse, isolement, abandon, un sentiment qui touche invariablement tous les âges. D’un côté, les nouveaux mots de la solitude crient « Liberté », de l’autre, leurs échos se perdent…

« Nous vivons dans un monde de « solitudes collectives ». Nous sommes, chacun d’entre nous, seuls, face à notre existence car c’est, justement, la nôtre, nous ne pouvons l’échanger avec quelqu’un d’autre (…)  La solitude est le prix à payer de notre libre arbitre, de notre liberté. Notre destinée, si nous cherchons à la rendre heureuse, consiste à apprivoiser cette solitude, à savoir entamer un dialogue de soi à soi qui apaise » (Pierre-Eric Sutter). Nous sommes seul.e.s face à un si grand pouvoir: celui de s’accomplir.

« Quoi de plus logique, dans pareil cadre, qu’une femme ambitieuse, personnellement, professionnellement, soit seule ? »

sorcières et magiciens

Claire Chazal, journaliste émérite, la soixantaine accomplie, revendique sa solitude. Quoi de plus logique dans une société où un homme supposé cultivé, « intellectuel », peut affirmer sans sourciller, ne pas apprécier le corps estimé « ordinaire », d’une femme de cinquante ans ? Quoi de plus logique dans une société où cela peut s’exposer, faire débat, au-delà de toute humanité, en-deçà de toute morale ? Quoi de plus logique donc, dans pareil cadre, qu’une femme ambitieuse, personnellement, professionnellement, soit seule ?
La solitude se revendique comme étendard dans un monde qui ne voit dans le corps des femmes que l’usage, l’usure, la péremption, dans celui des hommes que la force physique et la force du choix. La solitude se revendique comme alternative au couple : comment l’inscrire dans pareilles circonstances ? Pourquoi tout accepter ici, encore, tandis que tous, femmes et hommes, disposent du pouvoir, ce si grand pouvoir, de s’accomplir ? Balzac moquait, au XIXéme siècle, la célibataire, cette « fille à chat » ? Nadia Daam en fait l’objet d’un essai en bonne place dans la plupart des « pile à lire » féministes, comme « Sorciéres », de Mona Chollet, qui vante « la puissance des femmes invaincues« . Elles revendiquent et crient, bien sûr. Mais que faire sinon ? Abandonner son pouvoir, ce si grand pouvoir, de s’accomplir ? Oublier le cadre ? Féminisme et solitude font bon ménage parce qu’au font, ce que crient ces solitudes plus franches que revanchardes c’est l’égalité et la rupture.

« ..Que faire sinon ? Abandonner son pouvoir, ce si grand pouvoir, de s’accomplir ? Oublier le cadre ? »

La solitude devient cet espace, cette chambre à soi, où l’on peut être, complètement, sans forcément attendre quoi/qui que ce soit. La PMA (procréation médicalement assistée) pourrait être ouverte aux femmes seules. La GPA vient d’être autorisée pour les parents seuls au Royaume-Uni. A la question « qui cela sert-il ? », il pourra aisément être rétorqué « qui cela dessert-il ? ». La solitude est quête d’égalité. La solitude est liberté. Mais qu’est-ce qu’une liberté sans pouvoir ?

Adossée à la solitude, l’indifférence

Elles, sont journalistes : quid des tou.te.s les autres ? Celles et ceux que l’on ne voit pas, que l’on n’entend pas toujours, celles et ceux qui ne savent exprimer cette liberté ? Celles et ceux qui n’en pas la même conscience  ? Celles et ceux perdu.e.s entre pauvreté ponctuelle et classe moyenne ? Celles et ceux pour lesquelles il n’existe aucune assistance publique parce qu’elles/ils sont trop seul.e.s, pas assez pauvre, pas assez parents ? Les nouveaux mots de la solitude deviennent Résistance et Résilience. Pour être libre, il faut le pouvoir.

« A la question « qui cela sert-il ? », il pourra aisément être rétorqué « qui cela dessert-il ? » »

Double peine: la double peine des personnes en situation de handicap physique ou mental. L’étude est parue en décembre dernier. « 32% des personnes en situation de handicap ou touchées par une maladie chronique se sentent seules. 8 sur 10 déclarent souffrir de cette situation. C’est le difficile constat établi par la dernière enquête 2018 sur les solitudes menée par le Credoc pour la Fondation de France. A titre de comparaison, dans la population générale, 22% des Français s’estiment en situation d’isolement. Des chiffres qui montrent qu’aujourd’hui encore, le handicap entraîne une solitude dure à vivre » (Psychologie magazine). Leur premier relais social, devant la famille et les amis est le personnel de santé. « L’isolement est parfois choisi (…) Il est la conséquence d’un repli sur soi. 51% des personnes isolées limitent certains contacts avec leurs proches par crainte d’être un poids pour eux… »(Europe 1). Ne pas déranger. Se taire. Attendre, espérer: quelle liberté sans la force de la faire sienne ? Quelle différence avec la solitude au travail face à la destruction des relations sociales dont il a été question ?
Si solitude rime avec liberté, égalité, elle ne rime pas toujours avec fraternité. Ceux qui agissent, bougent, font, produisent, réussissent, quelles que soient les voies employées, attirent mieux que celles et ceux qui s’arrêtent, s’écartent, s’épuisent, doutent, sombrent, perdent le cap, l’envie, l’ambition, sortent du cadre. Celles et ceux-la sont condamné.es ou se condamnent à la solitude qui ostracise. On la dira « subie ». C’est plus rassurant. La solitude peut être passage. Elle peut être tunnel. La solitude interroge notre rapport à la différence. Elle interpelle notre indifférence.

« Ceux-la sont condamnées ou se condamnent à la solitude qui ostracise. On la dira « subie ». C’est plus rassurant ».

Choisir de ne pas subir et subir ses choix

« Je n’aime pas toute cette solitude qui se revendique. J’aurai bien aimé aller au fond de ces personnes, ces celibattantes, savoir ce qui s’y cache… » Sandrine est maman solo depuis quinze ans. Forte, autonome, indépendante, militante, elle aime la vie, sa vie de célibataire. Elle sait aussi ce que lui impose la société de carcan, d’assignation… « Seule, il m’arrive de passer pour une ratée… » . Elle assume, comme nombre de solos, et ne s’en laisse pas conter. Tout cela dit – les mots stupides à l’encontre des femmes de son âge, l’impatience des partenaires en quête de simplicité, de facilités, les rendez-vous manqués, les peines de cœur, les doutes – elle l’avoue sans honte : il lui arrive d’avoir envie d’être dans les bras d’un homme – c’est sa préférence – qui l’aime, qui l’aimerait pour elle, avec ses failles, ses fuites, ses forces, son indépendance, son autonomie, ses hauts, ses bas. Oui, elle est peut-être romantique. Ceci n’interdit pas cela. Et non, il n’y a rien de compliquer. Juste à accepter. Juste à accueillir. Juste à rester ouvert à la surprise, à abandonner un temps, le contrôle, l’habitude.
Un récent article indignait les réseaux sociaux : les Parisiens, selon les résultats publiés par Les Inrocks, seraient consanguins, préférant cultiver l’entresoi. « Les choix conjugaux des Parisiens n’échappent pas à des rapports de domination de ‘classe’ ou de ‘race’ […] Comme dans d’autres domaines, [ils] cultivent donc en matière sexuelle et conjugale une sociabilité (…) qui favorise une forte endogamie géographique, sociale et culturelle ».  Dans pareil contexte, comment une femme/un homme seul.e hors cadre trouvera-t-elle/il, si elle/il le souhaite, à partager une vie, un temps d’existence ?
Les nouveaux mots de la solitude crient « Liberté » mais leurs échos se perdent dans le fracas de l’entre-deux: un monde en inventaire, un autre en invention.

Vous aimez CAPITAINEsolo ?
Soutenez-le !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s