Sont nommées Personnalités de l’année…

Mois de décembre oblige, le temps est venu de récompenser ces personnes méritantes, celles qui, par leur abnégation, leur courage ont contribuées a changé la face du monde…

Pour confirmer ce prix, on-ne-peut-plus mérité, détaillons une liste, non-exhautive – l’exhaustivité, tous les solos le savent, est un vœu pieux, une idée à enterrer, un principe à remiser, pour le meilleur, à commencer par un certain équilibre mental… Une liste non-exhausitve donc, des tâches, actions, activités, menées à bout (bien?), jusqu’au bout (au mieux?), malgré tout, envers et contre tous quelquefois (souvent)…

Ah, si j’étais riche…

Malgré le spleen du porte-monnaie, les milieux/fins de mois délicats, mal-aisés, les calculs d’apothicaires, ils seront parvenus à envoyer Mathis en sport d’hiver, à inscrire Anna en cours de danse, à ce que Pierre ait enfin lunettes ET appareil dentaire, à partir au bord de la mer/à la montagne/chez grand-mére – et y tenir au moins deux semaines, sans violences -, à régler, au mois de septembre – il vaut tard que jamais – la cantine de l’année. Ils ont appris, en cours d’année, qu’une aide leur sera apportée sur les frais de garde. Une bonne nouvelle… dès qu’ils auront trouvé le temps et les économies pour sortir. Sortir vraiment. Toute une soirée. Un temps suffisant pour rentabiliser la nounou. Ils auront alors enfin autre chose à raconter que les descentes en snowboard de Mathis – qui a pu aller en sport d’hiver. Ce fut de hautes luttes.

« Tout le monde sait que l’important, c’est de participer »

Il y a vraiment de quoi s’en féliciter. Mieux sans doute à dire que la prouesse d’Anna qui, bien qu’elle n’ait été qu’un cygne parmi d’autres a participé au spectacle de fin d’année. Tout le monde sait que l’important, c’est de participer. Plus drôle à raconter que Pierre qui a expliqué au dentiste qu’il ferait mieux qu’Edward, puisque lui, c’est le sourire qu’il aurait d’argent et l’humeur, d’or. Ils pourront enfin faire une rencontre, une vrai. Non que cela soit une quête en soi mais enfin, pourquoi pas. Une rencontre donc, autre que professionnelle ou amicale. Une rencontre qui dépasse ce stade, celui de la rencontre. Comment ? L’aide en question n’est pas pensée pour cela ? Ah, bon…

L’amour sauvera le monde

En effet, pour eux, les histoires d’amour commencent mal, en général. C’est que partir d’un « Euh, ce n’est rien, juste mon fils qui m’a aspergé de lait avant de partir », ne semble pas forcément un bon début. Est-ce le sens de l’humour qui se perd ou le goût du nombre qui a été revu à la baisse ? Va savoir. En tout cas, un parent solo n’est pas ce qu’il se fait de plus sexy sur le marché. Retrouver ou simplement trouver l’amour lorsque l’on est plus que soi avec soi relève de la gageure. Surtout si les miettes, les mouchoirs imbibés, les tâches et empreintes relèvent plus du passé que de la bouillie du petit. Si l’on est encore tout.e cassé.e. Si la confiance s’est perdue, envolée, écrasée sous le poids de l’échec…
Alors, on reste seul. Avec ses dommages. Ou ensemble. Entre personnalités de l’année. Il vaut mieux être sali.e (par la bouillie) que mal accompagné.e.

« Seul avec soi et ses dommages… »

Et puis, il y a ceux qui partent du principe que déjà taré.e, on se contentera de ce qui passera. Il y a ceux qui voudraient apprendre comment mener une relation puisque – la preuve !- on n’en sait rien. Il y a tous les autres qui… peu importe. C’est la fin de l’année, le temps des bilans et des bonnes résolutions. La première, celle qui, selon l’Institut de sondage Orthodoxa, semble majeure: apprendre à s’en foutre avec panache.

Parole, parole, parole…

Ce n’est pas parfait ? RAF. Tu n’es pas d’accord ? C’est ton seul argument ? RAF. Tu veux m’apprendre comment gérer mon temps, ma vie ? RAF. Comment ? Impossible de mener à bien ses ambitions en même temps que Mathis en Prépa et Anna à l’Opéra ? C’est ton dernier mot ? Il est là ton point de vue ? RAF. A mon âge, on devrait… ? RAF. Trop Casanier.e ? Trop fêtard.e ? Trop dépensier.e ? Trop personnel.lle ? Trop égoïste ? Trop altruiste ? Trop butée ? Trop pas toi ? RAF.

« S’en foutre avec panache « 

Pour toutes les petites choses, partir à l’heure, arriver à l’heure, réussir un poulet basquaise, une omelette, avoir expliqué, la trigonométrie à un fantôme/un zombie/un ado, sans s’énerver, n’avoir pas crié ce jour-là, n’avoir pas crisé celui-ci, pour avoir gardé le cap malgré la sensation étrange de perdre le nord sous le flot d’emmerdes, pour avoir accepté d’être soi, pas terrible toujours, toujours prête à recommencer cependant. Pour toutes les grandes choses, les déménagements, les aventures, les félicitations ou le contraire, mais avec sourire et philosophie toujours, les yeux résolument braqués vers l’horizon, les diplômes, les enfants heureux, affectueux, vrais, aimants, en paix (Ne pas hésiter à faire le tri suivant ses (p)références, entre les grandes et les petites choses). Pour toutes ces vies, dont l’équilibre est fragile, comme tout le reste, du bonheur à l’amour en passant par l’amitié ou le boulot. Pour tout cela, vous, parents solos, êtes nommés personnalités de l’année, par le temps qui passe, celui qui vous a rendu, vous rend et vous rendra, longtemps encore, toujours plus fort.e.

Vous aimez CAPITAINEsolo ?
Soutenez-le ! C’est Noël 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s