L’amour au temps des GAFA – 8/10

« L’amour est un mot de lumière écrit d’une main de lumière sur une page de lumière » (Khalil Gibran)

Un ami racontait récemment une soirée au restaurant. Fin de semaine, endroit calme, lumières tamisées. A son côté, un couple selon toute vraisemblance, attablé, l’un face à l’autre, chacun son portable à la main. Le moment a dû être long. Suffisamment pour qu’il exprime son étonnement, sa déception d’une époque où l’on n’est plus capable de profiter de l’autre face à soi, à côté de soi, où l’écran, le portable sont devenus cette indispensable source de distraction.

L’époque encore. Et ses travers…

Outre le temps qu’il a passé à observer ces deux personnes, la question qui reste entière est : la fuite est-elle une question d’époque ? Ou, ces deux personnes avaient-elles véritablement envie d’être là ? Ou encore, de quoi – et là, quelque soit l’époque, il a fallu satisfaire aux injonctions nécessaires à s’inscrire dans les cases établies. Ici, la case couple – la présence ensemble, en fin de semaine, dans un restaurant, lumière tamisée etc., est-il le nom ? L’amour est-il encore, au temps des GAFA, à notre époque, terrible époque dépourvue d’humanité élémentaire, une affaire de preuve plus qu’une affaire de sentiment, de sensibilité ?

Lorsque l’on parle de sentiment, on attire soit :

  • des regards attendris devant cette pauvre petite chose perdue, qui n’a pas compris que tout cela a disparu, que ce qui compte, c’est la réussite, exister, être un vainqueur, un gagnant, l’élu, de ceux qui gèrent, qui contrôlent, qui maîtrisent, sortir du lot, être vu aussi, aussi bien que possible, autant que nécessaire, parce que les vues font la réputation, que la réputation fait la valeur, valeur qui côte, sur le grand marché de la solitude, si vous aviez le malheur de vous y retrouver, que vous n’avez jamais quitté tout à fait, en attendant mieux, une valeur jugée égale…

  • La foudre de ceux qui pensent exactement pareil mais qui n’ont même plus le temps, la force, l’envie, l’énergie,  la gentillesse,  la bienveillance de s’attendrir tant ils considèrent que c’est une perte de temps et que le temps, c’est l’argent… Bla, bla, bla.

  • Un – plus ou moins – beau moment de discussion pour conclure, qu’enfin, l’époque n’est pas simple pour les sensibles…

L’amour, une affaire de preuves ou de sentiment ?

Qu’est-ce que cette « inclination passionnée ou sexuelle» ?

De quoi est-elle faite ?

D’intérêt ? De confiance en soi ? De certitudes ? De conviction ? D’une volonté indéfectible de construire CETTE vie-là, avec une personne qui partage vos vues ? C’est ce qu’estime Christophe. Est-ce contourner la solitude, fort de capacités mesurables selon des normes prédéfinies par la société, acceptables pour elle ? C’est ce que pense Romain. Si Aimer, c’est préférer un autre à soi-même (Paul Léautaud) Romain semble préférer rester seul plutôt que d’aimer mal. Il n’est sûr de rien, plus sûr de lui, plus sûr de vouloir construire quoi que ce soit. Plus sûr d’en avoir la carrure, d’en avoir les épaules. Parce qu’il pense l’amour, Romain, comme une récompense qu’il ne mérite pas : il a perdu sa valeur. Mais l’est-il, une récompense ? Un prix pour les meilleurs ?

Fuites et contournements

Qu’est-ce que l’amour ? « Le besoin de sortir de soi ». (Baudelaire). Très bien mais enfin, Christophe ne fait de mal à personne puisque – vous vous en souvenez – sa compagne adhère à son propos et que tout le monde semble aussi heureux qu’à l’issue d’une bonne affaire bien conclue. Et puis, sortir de soi, Grégory a connu cela. Il a eu chaud. Alors, sortir d’accord, mais pas trop loin des sentiers battus.

Pourquoi est-ce que ce ne serait pas tout cela, tout simplement, aimer au temps des GAFA ?

« L’amour est un mot de lumière écrit d’une main de lumière sur page de lumière ». Les mots des poètes ont toujours été le sucre qui adoucit la vie. Hier comme aujourd’hui. La vie est-elle si différente ? L’amour est-il si différent ? L’époque a-t-elle changé quoi que ce soit ? Plutôt, qu’est-ce qui a changé si ce ne sont les moyens de fuite et de contournement ? Hier, le travail, la condition sociale, l’absinthe, aujourd’hui, le travail, la condition sociale, le portable, les écrans. Aimer, reste rien de sûr. C’est pourtant tout ce qu’il y a de plus certain. On le sent quand on aime. On le sait quand on aime. Mais « aimer, c’est bien. Savoir aimer, c’est tout« . (Chateaubriand)

(…)

Vous aimez CAPITAINEsolo ?
Soutenez-le !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s