Fête des Mères: cet épuisant tambourinage…

le

C’est chaque année la même histoire. Mais celle-ci ne peut céder à l’habitude. Parce qu’avec « Métissage », « Femmes » avec un ‘s’, est le mot de l’année. Parce que ‘la parole s’est libérée‘ et que la marée monte.

Cette manière de Fête des mères est urticante, d’abord parce qu’elle est commercialement trop genrée : les parfums, les fleurs, la déco, les bijoux, les cartes et la cuisine… Elle est irritante parce qu’elle sous-entend une manière sacrificielle d’être mère qui se voit, en ce jour merveilleux, récompensée. Une compétence rudement acquise, valorisée par un diplôme, médaille du mérite qui dit le poids qui repose encore sur les mêmes épaules.

« Si toutes ses autres potentialités étaient aussi valorisées, le Féminisme n’existerait pas… »

Cette Fête-là récompense mais ne modifie rien. Elle répète mais ne comprend pas. Quelle qu’en soit l’origine, elle porte atteinte à la diversité de l’être femme et la résume à l’une de ses potentialités. Si toutes ses autres potentialités étaient aussi valorisées, le Féminisme n’existerait pas. Impulser la réflexion. Sur la maternité et le sens qu’on lui accorde aujourd’hui. Ressentir l’évolution et penser la famille en conséquence. Interroger pareille valorisation. Rappeler que la maternité est désormais une envie, une volonté, une ambition plus seulement un devoir. L’assignation s’achève. Dès lors, réfléchir: comment l’être mieux ? Avec qui ? Interroger. Penser. Réfléchir. Avancer. Fêter. Ou pas. Mais ne plus se contenter de suivre, simplement.

Une injonction de plus

Elle prend, cette fête, des allures d’injonction. C’est dommage. A l’instar de ces autres « moments » imposés tout au long de l’année, des voyages des « petites vacances » , aux fêtes de fin d’année en passant par la chandeleur, la Saint-Valentin, les chocolats et les œufs de Pâques… elle violente. Le mot n’est pas trop fort.

« Elle confirme trop, cette Fête des mères. Elle conforte. »

Une frange de plus en plus large de la population ne peut pas suivre le rythme, la cadence des « fêtes » et autres « moments », y prendre part, notamment dans la forme dans laquelle ils s’exposent partout. Cette « normalité » là n’est pas normale pour tous. Elle est antinomique. . Elle est violente et génératrice de frustrations, bien inutiles dans un millefeuille de contraintes déjà suffisamment fourni. Elle confirme trop, cette Fête des mères. Elle conforte. La primauté, le rôle potomitan de la femme au sein d’une famille qui mérite mieux : l’équilibre, le partage.

Un autre genre

Une meilleure expression serait donc une Fête de la famille. Au sein de laquelle les rôles seraient confondus. Plus question de parfum/bijoux/rouges à lèvres en mai suivis, deux semaines plus tard, par les portables/ordinateurs/tondeuses à gazons. Une fête de la famille… Et une fête de perdue entre Pâques, le printemps « bricolage » et les achats des grandes vacances mais une fête plus sensée, un moment mieux en accord avec ce que l’époque peut presque librement se permettre : créer.

La parole s’est libérée.

Elle devrait se répandre sur tout ce qui est établi. Non pas pour détruire ou fragiliser mais pour ciseler. Polir. Raffiner. Et exposer. Une diversité de représentations. Pour autoriser, autant que possible, cette diversité.

Pour soutenir CAPITAINE solo, c’est ici

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Aldor dit :

    La fête des mères n’a pas grand sens, je suis bien d’accord. Mais pourquoi donc une fête de la famille, dont se sentiraient exclus les sans famille – et ils sont nombreux ?

    Aimé par 1 personne

  2. Dominique dit :

    Existe-t-il vraiment des personnes sans famille ?
    Mon propos s’attache d’abord à la déconstruction de cette maternité bien trop lourde à porter seule. D’où l’élargissement à la famille, pour répartir le poids de la charge. Quelle famille ? Cela reste à voir, selon les envies de chacun. Merci de votre fidélité, Aldor.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s