Décider de rester « l’autre »: un avis, quelques expériences

« Aucun humain n’accepte de souffrir pour souffrir. Si nous le faisons, c’est que notre histoire, notre construction psychique nous conduisent à réitérer, sans nous en rendre compte, des comportements douloureux. Mais pas seulement. Nous pouvons aussi, toujours inconsciemment, trouver dans ces situations de répétition ce que la psychanalyse appelle un « bénéfice secondaire » »

http://www.psychologies.com/Couple/Crises-Divorce/Infidelite/Articles-et-Dossiers/Infidelite-pourquoi-elles-restent-la-maitresse#utm_source=Cabestan&utm_medium=NL_Actu&utm_campaign=20180305_WEB_NL_Actu