Là-bas, ils appellent cela ‘ohitorisama’…

le

A bout de débats et de tumultes amoureux, Carrie, dans cet épisode de la série Sex and the City, décide de tenter l’aventure : boire un verre en terrasse, seule, pour se recentrer, pour s’assurer de l’être, centrée.

Au Japon, ils appellent cela O-hitori-sama/Ohitorisama, « pour une personne » ou « une personne ». C’est une tendance si bien installée qu’elle essaime désormais en Corée, où la culture “honbab” (manger seul) et “honsul” (boire seul) fait de plus en plus d’adeptes. Bars, restaurants, voyagistes offrent services et confort aux femmes seules, mieux disposées financièrement donc plus enclines à consommer. Des tables pour une personne et des produits hôteliers pensés pour prendre soin de soi, prendre le large le temps d’une fin de semaine que l’on soit ou non en couple. Il y a bien sûr la notion de « Gohoubi », d’auto-congratulation mais pas seulement. Au phénomène ohitorisama s’attache, en effet, une littérature dédiée, la quête d’espaces – les ateliers pour assister les femmes seules à la recherche d’un logement ont tant progressé ces deux dernières décennies qu’ils atteignent le nombre de 82 000 en 2016. 70 % des membres sont des femmes âgées entre 30 et 40 ans – à une série à succès, éponyme. A la femme Ohitorisama, indépendante et pleine d’assurance s’adjoint un homme, l’herbivore‘, celui qui ne souhaite pas se marier. Comme les femmes ‘ohitorisama’, les ‘herbivores’ sont devenus des cibles commerciales disposant d’objets de beauté, de cuisine, de voyage à leur attention. Ils sont d’autant plus à l’aise qu’ils ne sont plus, selon Kazuhisa Anakawa, auteur d’un ouvrage sur le sujet, perçus comme des ‘perdants’. L’herbivore est le contre-exemple du modèle de l’homme pourvoyeur, à distance, des revenus du foyer.

« A la femme Ohitorisama, indépendante et pleine d’assurance s’adjoint un homme, l’herbivore’, celui qui ne souhaite pas se marier »

Kozukai contre Renai

« Il y a une croyance qui dit que tout ce qui est optimiste, passionné ou trop sexuel n’a pas sa place dans le mariage japonais, et par implication, dans le foyer japonais. C’est presque normal pour le mari d’aller chercher le sexe et l’amour ailleurs qu’à la maison puisque cet espace appartient à la femme et aux enfants, et est par conséquent sacré. Cela peut paraître étrange, voire pervers, mais cette croyance est même répandue au sein de la jeune génération et il y a encore une nette distinction entre kazokuai (l’amour du foyer) et renai (l’amour) » (Kaori Shoji, The Japan Times). Le mariage d’amour est exceptionnel voire marginal. Dés lors, «Pourquoi se marier lorsque l’on peut être seul, ensemble ?». Être seul n’est plus perçu comme «pathétique». Les réseaux sociaux permettent d’ailleurs de communiquer avec les autres tout en étant seuls, notamment chez les plus jeunes. «Les hommes ont du mal à entrer en relation». Tandis que l’usage voudrait qu’il aborde la femme, l’homme serait plutôt passif dans le relations romantiques. Passivité ou résistance ? 2/3 des hommes non mariés d’une trentaine d’années n’ont jamais eu de relations qui auraient pu conduire au mariage. 31% des hommes (25% des femmes) n’ont jamais voulu se marier ou avoue avoir perdu tout espoir de le faire. Seuls 10,8% des hommes et 13,5% des femmes accepteraient de se marier après avoir abaissé leur prétention ou renoncé au partenaire idéal.

Le bonheur, ce mystère

«La définition du bonheur reste un mystère au Japon» titre cet autre article du Japan Times. Il vient enfoncer le clou et peut-être clore le débat. Un rapport classe le pays au 51éme rang mondial. La faute à la sérotonine, hormone du bonheur, présente, selon l’article, en plus faible dose chez les Japonais. Une explication pour voiler le poids des habitudes, des traditions, les évolutions en cours, cependant, malgré tout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s