La solitude, une marque de supériorité ?

le

 » Il avait souvent considéré sa solitude (…) comme une marque de supériorité.

Mais les gens qui n’étaient pas supérieurs restaient néanmoins extrêmement solitaires – et incapables de briser leur isolement, justement parce qu’ils n’étaient pas outillés pour y entrer. Sa propre solitude, grandie des millions de fois, rendait plus froid l’air de la nuit.

Il se souvint à quels excès, à quels pièges et à quels cauchemars sa solitude l’avait amené et il se demanda vers quel destin un vide aussi violent pouvait pousser une ville entière.  »

James Baldwin, Un autre pays

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s