Gentillleee ! Et six fois plus encore…

Dans un monde qui ne tournerait pas rond, la gentillesse serait incomprise, débile, débilitante, naïve, hors-cadre. ‘Être trop gentil’ serait exprimé à regret, dans la pensée compatissante de tout ce que cela suppose au quotidien. Il faudrait expliquer, comme une justification, que…

1- Quand je souris, c’est que je souris à la vie, à un souvenir agréable, à n’en avoir pas en tête dans l’instant, à la personne qui me croise, sans chercher autre chose qu’à lui sourire, pour me décoincer la mâchoire, à l’adolescence de mon enfant, parce qu’il vaut mieux en sourire. Je souris parce qu’il fait beau, parce qu’il pleut. Je souris parce que…

2- Bonjour/Bonsoir/Salut ne sont pas des gros mots. Ils ne signifient pas que j’ai envie de quoi que ce soit, que j’attends quoi que ce soit, que je vais demander quelque chose, que j’ai un problème ou que je cherche des amitiés, ce qui d’ailleurs ne constitue pas un problème en soi. Bonjour/Bonsoir/ Salut signifient simplement Bonjour/Bonsoir/Salut. Ils n’espèrent aucun retour mais se félicitent tout de même d’en recevoir.

3- Donner de son temps ne veut pas dire que l’on en a plus que les autres ni que l’on a rien à faire. C’est simplement faire le choix, à un instant T, d’offrir un moment, pour le plaisir de partager, parce que le temps ne peut être concentré que sur soi, les siens, sa famille, ses objectifs, ses ambitions, ses manques, ses erreurs, ses regrets, son nombril. Donner du temps, c’est s’offrir un peu. Juste comme ça.

4- Ne pas froisser l’autre, c’est l’entendre. C’est faire de son mieux pour se décentrer, comme disent les psychologues. Ne pas froisser l’autre, c’est l’entendre dans ce qu’il dit, au moment où il le dit. C’est écarter l’ego dont parle les sages. Cela ne demande pas d’effort. Peut-être un peu de temps. Et quand bien même cela en demanderait, un effort, ce ne serait pas le pire à fournir.

5- Tenter la vérité. Elle varie d’un instant à l’autre, d’une personne à l’autre, d’une situation à l’autre. Elle se fige en soi, en ce qu’elle permet d’être en phase, en accord avec soi. Tenter la vérité. Cette vérité qui crée du lien, au-delà du reste, des détails.

6- Voir le monde. Non pas seulement celui du 20h ou des ‘infos’ mais l’autre, celui des petits gestes, des petits pas, celui des petites choses, des petits riens, celui des petits moments, celui qui fait du bien. Voir le monde et avoir envie d’en être, d’entendre l’autre, d’offrir du temps, de tenter la vérité et, pourquoi pas, de sourire.