J’ai la chance de côtoyer chaque jour la perfection…

Ne soyez pas jaloux : vous aussi.

Nous avons tous l’immense honneur de côtoyer des personnes pour qui tout fonctionne parfaitement dans la vie : une vie de couple parfaite avec un boulot parfait dans une vie parfaitement réglée, où rien n’est laissé au hasard, du choix de ses amis aux fréquentations plus éloignées, des endroits qu’il faut fréquenter en passant par les associations et les passions qu’il convient d’avoir, dans ce monde idéal. Puisqu’autant de perfection ne peut que se partager, elles vous font grâce d’une somme de conseils et de commentaires allant du ‘ tu vois, tu devrais faire comme ça parce que n’est pas normal que…‘ au ‘Regarde-moi, avant j’étais comme toi et maintenant je suis…‘.

basquiat-17

A la une, à la deux…

Comme vous êtes agréable au demeurant et toujours ouverte à la conversation, puisque par ailleurs vous avez perdu de votre superbe avec tout ce qui vous est arrivé ces derniers temps (je vous épargne la liste que votre entourage plein de grâces n’aura pas manqué de détailler plus ou moins récemment), vous hochez la tête, lorsque vous ne la baissez pas piteusement, en vous disant qu’ils ont sûrement raison, que vous avez dû mal faire quelque chose pour vous retrouver là, que c’est votre faute, votre immense faute, que c’est toujours pareil depuis… Vous ne vous souvenez même plus depuis quand mais quoi qu’il en soit c’est la merde, et que si cela ne marche pas pour vous et que ça marche pour eux, c’est bien que vous devez avoir quelque chose qui cloche.

Vous hochez la tête, lorsque vous ne la baissez pas piteusement, en vous disant qu’ils ont sûrement raison…

A la trois.

Précisément. C’est ça qui cloche. Vous doutez. Vous doutez de vous-même. Vous doutez de tout. Vous douterez plus encore à mesure que vous laisserez semer les mauvaises graines dans votre esprit. Vous douterez tant que vous n’aurez pas compris que ces choses-là arrivent (les choses de la liste). Tant que vous voudrez la vie des autres sans faire avec celle que vous avez et qui reste à faire (selon toute vraisemblance). Alors, plutôt que les laisser germer, les graines, faites le point. Autant qu’il faudra. Une, dix, vingt, trente par minute, par jour, par semaine, par mois. Et demandez-vous qui vous êtes et ce que vous voulez vraiment. Peu importe ce que c’est ou à quoi ça ressemble pourvu que cela vous emplisse. Et…N’attendez pas plus de conseils de ma part , un chemin à suivre ou quelques pistes que ce soit : je ne suis ni coach, ni mentor. J’en suis précisément au même point que vous. En plein doute. Mais je me soigne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s