Ô rage, Ô désespoir, Ô clichés défraîchis…

Sur la route de mes pérégrinations numériques, en quête d’alter égos blogueuses et blogueurs solos, une liste m’a interpellée…

Celle des occurrences. C’est bien ainsi que s’appelle la liste de propositions de recherche inscrite au bas de la page ? Tapez Blog papas solos. Résultats : associations, rencontres, forum, fille. Tapez Blog mamans solos et laissez-vous assaillir par le désespoir : outre rencontre et forum, Maman solo je craque, Maman solo sans famille, maman solo dépression, budget maman solo, maman solo mode d’emploi…

Si encore ces occurrences correspondaient aux contenus. Il n’existe pas plus de déprime d’un côté que de l’autre comme il n’existe pas moins de volonté de rencontres d’un côté ou de l’autre. Un papa solo n’hésite pas à afficher, avec beaucoup de tendresse d’ailleurs, sa « recherche d’une maman solo pour reconstruire » parce que « le vide affectif d’un homme pour une femme [lui] grignote parfois un peu le moral » (le blog étant inactif depuis plusieurs mois, il doit avoir trouvé…). Chose assez rare sur les blogs de mamans solos. La colère cependant, d’après séparation, notamment dues aux décisions de justice contestées, est très explicite d’un côté. Colères substituées, de l’autre, par la tristesse, la mélancolie engendrées par la solitude, très vite contrebalancées par la quête d’épanouissement, l’envie de se retrouver, de profiter des petits bonheurs, puisqu’après la pluie, le beau temps et qu’il faut s’y remettre. Beaucoup de pages de papas blogueurs en espagnol et en italien enfin. Mais il ne s’agit pas là de pères… ordinaires.

Couronne - Basquiat

Le manque de temps, la fatigue, la nécessaire organisation pour une gestion du temps, financière, une vie sociale optimales sont communs tout comme les rires, nombreux, les mots d’enfants, les histoires du soir, les photos de vacances, les papouilles et notes philosophiques en guise de conclusion.

D’où provient alors cette différence de… perception, de… traitement ? J’en ai bien une vague idée. Tellement basse qu’y penser me fait mal dos.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s